La création d’une SCI : 3 points essentiels à connaître

La création d’une SCI : 3 points essentiels à connaître

Il n’est pas donné à tout le monde de disposer d’une somme suffisante pour acquérir un bien immobilier. Cependant, grâce à la création d’une SCI, l’achat d’un tel patrimoine devient accessible pour tous. Si vous désirez mettre sur pied ce type compagnie, voici ce que vous devrez savoir.

Détails administratifs sur la création d’une SCI

Afin de créer une SCI, il vous faudra d’abord trouver des associés qui voudraient collaborer avec vous. Ces personnes peuvent être un ou des membres de votre famille. Il peut aussi s’agir de vos amis ou encore des connaissances. Mis à part cela, vous pourrez toujours faire une annonce de votre projet. Lorsque vous aurez trouvé des collaborateurs, vous pourrez commencer à entamer les étapes administratives.

Premièrement, vous devrez rédiger ou faire rédiger le statut de la société. Cette phase peut s’effectuer sous seing privé ou en la présence d’un notaire. Le document qui va en résulter devra ensuite être enregistré au centre des impôts. Après, il faudra que vous fassiez la publication de la création d’une SCI dans un journal spécialement dédié aux annonces légales. Par la suite, il y a l’immatriculation de la compagnie. En outre, il est impératif que la SCI soit inscrite dans le registre du commerce et des sociétés. À l’issue de cette dernière démarche que le K-bis de votre organisme sera délivré.

La nomination d’un dirigeant

Pour créer efficacement une SCI, il serait plus prudent de s’informer soigneusement sur le sujet dans des sites spécialisés comme Le Mag de la SCI. Vous pourrez également demander l’aide d’un professionnel. Il peut s’agir ici d’un notaire ou d’un expert-comptable. Ces derniers pourront notamment vous accompagner dans les démarches importantes à effectuer pour mettre sur pied l’entreprise. Ils pourront vous informer sur le profil adapté à la gestion de votre groupe.

Sachez d’ailleurs que pour que les activités de votre SCI se développent, il est crucial de nommer un gérant. Celui-ci sera en relation avec les locataires et les autres associés. Il se chargera notamment de signer les contrats entre un client et la compagnie. De plus, cet individu représentera la société durant certaines audiences officielles. En dehors de cela, ce gestionnaire dispose des pouvoirs nécessaires pour engager l’entreprise dans toutes sortes d’actes. Il peut s’agir de la souscription d’un prêt, d’un contrat de bail, etc.

Les avantages et les limites d’une SCI

Si vous souhaitez investir dans la pierre sans avoir un budget significatif, une SCI pourra constitue une alternative des plus intéressantes. En effet, il s’agit d’acheter à plusieurs un ou plusieurs biens immobiliers. Par la même occasion, vous rassurez l’avenir de vos enfants, car vous pourrez les léguer votre part sociale dans l’organisme. De plus, en optant pour cette solution, vous n’aurez pas à vous soucier des questions de gestion.

Malgré ses nombreux points positifs, une SCI présente quand même des inconvénients. Premièrement, ce type de société n’a pas le droit d’exercer une activité commerciale. C’est-à-dire que l’entreprise ne peut pas acheter et revendre régulièrement des patrimoines immobiliers. En dehors de cela, il est interdit de constituer le capital nécessaire par un prêt fait au nom de la structure. Les apports doivent uniquement être numéraires sinon ils sont invalides.

Laisser un commentaire

Actuliens.com, L'actualité en temps réel sur de nombreuses thématiques !