Comment financer l’achat d’un appartement ?

Comment financer l’achat d’un appartement ?

L’achat d’un appartement requiert des moyens financiers relativement colossaux. D’autant que de nos jours, les prix de l’immobilier sont en pleine flambée. Trouver une solution de financement devient alors un véritable parcours du combattant pour les acheteurs. Voici un petit guide pour vous aider à vous y retrouver.

Choisir le bon type de financement

L’étape initiale d’un projet immobilier porte sur le choix du type de financement. Le crédit bancaire est généralement le plus plébiscité dans ce cadre. Le modèle classique en particulier a la cote en raison de sa forme simple. L’organisme financier met à la disposition de l’emprunteur une certaine somme d’argent qu’il se chargera de rembourser tous les mois. Les mensualités incluent le capital emprunté, les intérêts et les frais divers.

En parallèle, il existe d’autres formes de crédits qui font de plus en plus parler d’eux à l’instar du VEFA. Le principe est simple : la cession des droits sur l’appartement en cours de construction se fait de façon progressive ou à l’achèvement des travaux. Avec la première option, le capital est débloqué au fur et à mesure de la fin des travaux. La seconde option quant à elle consiste à payer le coût du bien uniquement à la livraison du logement.

Enfin, une autre option envisageable est le crédit destiné à financer un viager. Ce dernier ne se démarque guère des prêts classiques sauf qu’il se déroule en deux phases : le bouquet et les rentes. Ainsi, dans un premier temps, l’acheteur verse le bouquet puis tous les mois, paye des mensualités. Le viager peut être « occupé » c’est-à-dire que le senior peut continuer à vivre dans le logement jusqu’à son décès. Il peut aussi être « libre » et dans ce cas, dès que l’acte de vente est signé, l’acheteur acquiert l’entièreté du bien. Le vendeur doit donc libérer les lieux.

La question de l’apport personnel

En lisant les sites comme Le Financeur, vous verrez que quand on parle de crédit immobilier, le sujet de l’apport personnel est constamment évoqué (voir ici pour le cas particulier des fonctionnaires). Et pour cause, il s’agit d’un paramètre important qui joue sur l’obtention du prêt. Cette contribution financière de votre part va servir à payer certains frais annexes comme les frais d’agence ou les frais de dossier. Une chose que vous devez savoir : les banques financent rarement à 100% un projet immobilier. 10 à 20% de son coût devra être payé de vos poches. Par quels moyens ? Les solutions sont nombreuses. L’apport personnel peut être issu d’une épargne, d’une rentrée d’argent exceptionnelle (donation, héritage, gain), d’un investissement locatif ou encore des prêts aidés (Prêt à taux zéro, Prêt action Logement, Prêt à l’accession sociale, prêt conventionné, etc.

Présenter un dossier solide

Attention, pour avoir les chances d’accéder à votre demande d’emprunt, soignez votre dossier. La banque ne tolère que les profils à forte solvabilité et au comportement bancaire irréprochable. Ainsi, vérifiez d’abord que votre taux d’endettement ne dépasse pas les 33% requis. L’idéal est que vous ayez aussi une situation professionnelle stable comme un CDI qui garantit des revenus réguliers. Enfin, évitez tout ce qui est découvert bancaire ou incidents de paiement, car cela prouve que vous ne savez pas gérer correctement votre argent.

Laisser un commentaire

Actuliens.com, L'actualité en temps réel sur de nombreuses thématiques !